Pour comprendre la différence entre ces deux termes, il faut spécifier qu’il existe plusieurs formes de signatures électroniques dont la signature numérique fait partie. La signature numérique, en revanche est une forme spécifique de signature électronique qui utilise un chiffrage appelé cryptographie asymétrique.

Qu’est-ce qu’une signature électronique ?

La signature électronique désigne tout type de procédé visant à faire valoir l’acceptation d’un contrat ou d’un dossier. Cette dernière peut prendre plusieurs formes et est utilisée quotidiennement par la majorité des internautes.

Ayant pour première fonction d’attester l’identité du signataire, la forme la plus connue d’une signature électronique est sans doute l’utilisation d’identifiant et mot de passe afin d’accéder à une plateforme quelconque : mail, réseaux sociaux, plateforme de musique en ligne et bien d’autres.

Une des formes les plus fréquentes est également la case « j’accepte » lors d’inscription à certaines plateformes. Cet acte vaut signature des clauses du contrat qui est réputé nul sans que le signataire ne prenne connaissance et adhère aux conditions générales de vente ou CGV.

Qu’est-ce qu’une signature numérique ?

La signature numérique est une forme de signature électronique utilisant une méthode de cryptage spécifique appelée cryptage asymétrique. Grâce à un identifiant numérique, délivré par une autorité de certification, tout document signé numériquement est lié de manière exclusive à son auteur. La technologie liée à ce système d’authentification est appelée l’infrastructure à clé publique.

A la signature du document, une empreinte numérique ou hachage est créée, chiffrée avec la clé privée du signataire. Cette empreinte est propre à chaque document. Par ailleurs, toute modification du document entraînera une modification du hachage et donc de la signature numérique. Cette modification, s’il y a lieu sera détectée par un système de vérification appelée contrôle du hachage à la réception par le destinataire qui recevra un message d’alerte dans ce cas-là.

Les signatures électroniques : ultime étape de la dématérialisation

Pour gagner en efficacité et rester compétitives, les organisations toute forme confondue, font appel aux nouvelles technologies et améliorent continuellement leurs processus. L’utilisation d’une signature manuscrite étant trop contraignante dans le sens où elle nécessite encore plusieurs étapes allant de l’impression du document initial à la numérisation du document signé, en passant par la validation de la signature, elle est souvent source de frustration des collaborateurs et ralentit le processus de dématérialisation.

En revanche, la signature numérique est l’élément qui vient rendre effectif cette dématérialisation grâce à laquelle l’objectif zéro papier peut être atteint. Effectivement, il est désormais possible de signer un document ou conclure un contrat en ligne, en quelques clics et en une seule fois.